[ENTRETIEN] Carole – MRAP35

ENTRETIEN AVEC… Carole Bohanne, présidente du MRAP35. Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples existe depuis plus de 20 ans pour lutter contre le racisme et les discriminations. Mais le mouvements’est spécialisé dans l’accueil des personnes exilées sur le territoire. Le MRAP les accompagne dans toutes leurs démarches administratives et juridiques. Actuellement, les permanences sont maintenues mais uniquement sur rendez-vous.

Qu’est-ce que cette crise sanitaire a changé dans votre accompagnement des personnes exilées ?

Le contexte a changé cette fois-ci par rapport au premier confinement où tout était arrêté, notamment les administrations, l’Etat… Même nous on avait aussi dû arrêter nos permanences et notre accueil du public un peu malgré nous en raison des consignes sanitaires. Certains bénévoles du MRAP s’étaient investi plutôt dans l’aide alimentaire. On avait juste gardé le contact téléphonique avec certaines personnes.

Là on est dans un contexte complètement différent. On maintient quand-même nos permanences puisque la Préfecture,la justice, l’administration sont au travail. C’est un confinement un peu allégé cette fois ci.

Ce qui nous avait agréablement surpris lors du premier confinement c’est que toutes les personnes en situation de grande précarité, qu’elles soient françaises ou étrangères, avaient été mises à l’abri assez rapidement. L’Etat pour une fois avait fait la démonstration que quand ils veulent ils peuvent. Même si il y avait énormément de carences concernant l’aide alimentaire et l’accompagnement, au moins beaucoup de personnes avaient été hébergées.

Cette fois on est pas du tout dans le même contexte, on a encore énormément de personnes à la rue malgré cette seconde vague épidémique. Et puis ce qui change aussi ce sont les contrôles. On a eu déjà beaucoup de personnes interpellées, pas pour défaut d’attestation, mais pour attestation mal remplie.

C’est à dire ?

Au premier confinement il y avait une certaine tolérance quand les personnes sortaient et que les attestations étaient mal remplies. Alors que maintenant il y a systématiquement un contrôle d’identité derrière et une arrestation.

En plus, les consignes du gouvernement c’est de durcir les contrôles. Malheureusement les premières victimes sont souvent les personnes étrangères sauf qu’elles n’ont pas toujours bien compris ce qu’on leurs demande. Elles ne comprennent pas toujours bien la langue. Là on essaie justement d’imprimer les attestations dans toutes les langues.

Quel est le ressenti des bénévoles, des militants du MRAP sur le terrain depuis le début de ce re-confinement ?

On a des personnes qui dorment à la rue, des personnes qui dorment dans leurs voitures, avec des enfants en bas âge. Et on a beau solliciter les services de l’Etat, c’est lent.

Il faut savoir aussi que les personnes qui ont été mises à l’abri pendant le premier confinement le sont toujours, quelque soit leur situation administrative. On ne les a pas sortis de leurs hébergements qui étaient normalement provisoires. Il n’y a plus de rotation au 115. Tous les hébergements étant pris depuis la fin du premier confinement, le taux de réponses d’hébergement au 115 est de 20% aujourd’hui.
Evidemment la solidarité marche toujours. Souvent des compatriotes hébergent d’autres compatriotes à la rue. Mais le premier confinement a un peu refroidi les gens, car les familles ont cohabité pendant deux mois dans des tout petits logements dans des conditions difficiles, voire très difficiles.
Donc là on a encore des dizaines de personnes à la rue, avec des enfants. Les célibataires n’en parlons pas. Malgré les efforts de la ville de Rennes qui met à l’abri chaque soir plus de 800 personnes je crois, et vient d’ouvrir un nouveau centre d’hébergement pour l’accueil des familles et des enfants, il reste encore beaucoup beaucoup de monde.

On est également dans un contexte de période hivernale qui complique la situation de ces personnes…

Oui là on cumule un peu les deux. Les services de l’Etat se sont réunis hier (mardi 10 novembre). On peut espérer, vu les consignes du gouvernement qui sont assez claires, qu’ils vont ouvrir de nouvelles places d’hébergement pour toutes ces personnes qui sont à la rue.

On est aussi limités dans nos modes d’action, de manifestation, pour dénoncer ce type de situation actuellement, même si on écrit des courriers, on fait des signalements.

Le confinement est plus souple cette fois-ci mais avec des prises en charge au minimum.

Comment se passe l’accès au droit pour les personnes exilées? Il y a une lenteur de l’administration ?

Là c’est pareil. Au premier confinement en Ille-et-Vilaine, les obligations de pointage pour les personnes dublinées* avaient étaient suspendues. C’était une excellente nouvelle puisque les frontières étaient fermées.

Là les frontières extérieures de l’UE sont fermées, mais les radiations Dublin fonctionnent à plein régime. Et même c’est là-dessus que les préfectures font leur chiffre.
Apparemment le centre de rétention de Rennes est plein. Les arrestations continuent, avec des clusters dans les centres de rétention. Pas spécialement à Rennes, mais je sais qu’il y a beaucoup de clusters dans plusieurs centres de rétention en France. Et les perspectives d’éloignement, vu que les frontières sont fermées, sont complètement inexistantes.

Comme quoi la machine à expulser continue quand-même malgré la crise sanitaire. Toutes les personnes contrôlées ne sont pas forcément placées en détention parce que justement je pense qu’il y a un manque de place. Là on a énormément de gens qui se retrouvent assignées à résidence. En fait ce sont des personnes qui sont souvent sous domicile de la Croix Rouge. Mais actuellement lors des contrôles, les policiers insistent fortement auprès des personnes contrôlées pour obtenir leur adresse et les assigner à résidence à cette adresse.
Par exemple au squat du Manoir (du Bois Perrin), on a des gens qui sont assignés à résidence là-bas. Ce qui est un peu inquiétant parce qu’on se dit que si ils viennent chercher une personne, ils vont pouvoir en trouver plusieurs dans la même situation.

Comment ces personnes exilées vivent la situation ?

Ils n’ont pas toujours conscience des risques qu’ils prennent, les attestations, le périmètre des 1km. Il faut qu’ils avancent dans leur démarches puisque tout fonctionne. Ils doivent toujours aller chercher leur courrier, se rendre à la préfecture,emmener leurs enfant à l’école. Ils ne voient pas l’intérêt de remplir une attestation toutes les heures. Sauf que eux si ils sont contrôlés, les conséquences ne sont pas les mêmes. Nous c’est 135 euros. Eux c’est 135 euros + arrestation + un risque d’expulsion.
C’est la double peine. C’est pour ça qu’il est hors de question qu’on arrête de les accompagner.

«La Préfecture, entre les deux période de confinement, a cumulé un retard considérable»

A l’issue du premier confinement, on s’est retrouvé avec des personnes qui avaient perdu leur titre de séjour. Il y avait la fameuse dérogation de 6 mois. Là actuellement on ne se bat plus pour que les personnes obtiennent leur titre de séjour,mais pour que celles qui ont un titre de séjour le conserve. En plus toutes les démarches sont à présent dématérialisées et c’est de plus en plus complexe. Des démarches que les personnes sont incapables de faire par elles-mêmes. Il y a une charge de travail supplémentaire, surtout pour nous association, car on se retrouve à faire le boulot de la Préfecture. Et sans accompagnement c’est quasiment impossible.

Quand on envoie un email pour avoir un rendez-vous, il faut attendre 2 à 3 mois pour avoir une réponse. Sur le traitement des dossiers on est à 18 mois d’attente en moyenne. On maintient les gens dans une précarité extrême. En plus, ils doivent fournir une promesse d’embauche. Maintenant c’est exigé dans toutes les demandes de titre de séjour.Donc on a des gens qui se démènent pour trouver une promesse d’embauche. Mais quel employeur va attendre 18 mois? On est dans une situation ubuesque.

Vous avez vu les délais s’allonger au fur et à mesure de la crise sanitaire ?

Oui, mais de toutes façons là ils nous disent qu’ils ne prennent plus les premières demandes en ce moment justement.On a fait plusieurs actions pour dénoncer la situation. Ils nous ont avoué qu’ils avaient 400 dossiers «en souffrance», et que leurs priorité c’était d’abord ça. C’est-à-dire qu’ils ne traitent plus les demandes. Ils se concentrent uniquement sur les renouvellements. Il y a un manque de volonté de l’Etat de mettre des moyens pour traiter les demandes. Le but c’est comme toujours de décourager les gens.

Combien de personnes vous accompagnez ?

C’est difficile à dire. On reçoit entre trente et cinquante personnes par jour dans nos permanences. Il faut plusieurs rendez-vous. Mais nous accompagnons plusieurs milliers de personnes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.