[VIDEO] Jean-Luc Valentin

Jean-Luc Valentin est administrateur à l’ARCS, l’association rennaise des centres sociaux, qui regroupe six centres dans les quartiers de la ville. Il nous parle de la manière dont la crise du Covid a touché les multiples activités des centres sociaux. Quelles adaptations et quelles conséquences pour les salariés, bénévoles et bénéficiaires ?

[ARTICLE] « Réfugiés », « migrants », « exilés » ou « demandeur d’asile » : à chaque mot sa fiction, et son ombre portée

Regarder et penser la façon dont on nomme ceux qui, notamment, vivent ici dans ces tentes-là. Durant toute la soirée du lundi, 23/11/20 la réponse policière à leur présence sur la place de la République a été amplement commentée, en direct sur les réseaux sociaux d’abord, puis sur les sites de nombreux médias. Si certains utilisaient le mot “migrants” désormais ordinaire chez les journalistes, il était frappant de voir que d’autres termes prenaient une place rare à la faveur de l’événement à chaud. Et en particulier, les mots “réfugiés” et “exilés”.  » France culture.Réfugiés », « migrants », « exilés » ou « demandeur d’asile » : à chaque mot sa fiction, et son ombre portée.

https://www.franceculture.fr/societe/refugies-migrants-exiles-ou-demandeur-dasile-a-chaque-mot-sa-fiction-et-son-ombre-portee

[VIDEO] Nadir – Le glanage à DIDA

Nadir, de l’association D’Ici ou D’Ailleurs – DIDA – Rennes, présente les activités de glanage réalisées tous les samedis au marché du Blosne. Cela permet à certains habitants du quartier de se nourrir et de se retrouver. Ceci est particulièrement fondamental dans une période où l’isolement peut rendre la vie difficile.

[PODCAST] Zuwaina – L’aide alimentaire à Rennes

Dans ce podcast, on écoute Zuwaina, qui est membre de l’équipe de recherche sur les droits des personnes exilées durant le confinement. Elle nous explique les évolutions des pratiques d’aides alimentaires depuis le début de la crise sanitaire. Zuwaina revient également sur plusieurs éléments de l’enquête, notamment au niveau des adaptations des associations et de leurs bénévoles pour répondre aux nouveaux besoins d’aides alimentaires.

[VIDEO] Mathilde – Squat des Veyettes

Des organisateurs de l’occupation des Veyettes nous ont expliqué la manière dont ce squat important du sud-est de Rennes avait été organisé. Pour répondre à une urgence sanitaire, ce squat hébergeait durant le premier confinement encore 150 personnes exilées et sans-abri. Des systèmes se sont organisés avec les pouvoirs publics pour finalement trouver des solutions de logement temporairement pour ces personnes vivant dans des conditions de grande précarité dans le squat. Voici l’explication de Mathilde, qui raconte l’organisation adoptée en mars, avec les acteurs médicaux. Les occupants avaient déjà une santé très fragile. La fermeture du squat et la mise à l’abri des personnes exilées ont créé de nombreuses difficultés.

[ENTRETIEN] Carole – MRAP35

ENTRETIEN AVEC… Carole Bohanne, présidente du MRAP35. Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples existe depuis plus de 20 ans pour lutter contre le racisme et les discriminations. Mais le mouvements’est spécialisé dans l’accueil des personnes exilées sur le territoire. Le MRAP les accompagne dans toutes leurs démarches administratives et juridiques. Actuellement, les permanences sont maintenues mais uniquement sur rendez-vous.

Continuer la lecture

[PODCAST] Louise – L’hébergement des personnes exilées à Rennes

« Les conséquences du premier confinement ont fait que les systèmes d’hébergement d’urgence à Rennes sont saturés »

A Rennes, un réseau dense est mobilisé au quotidien pour organiser l’hébergement des personnes exilées. Certaines d’entre elles restent cependant à la rue, malgré les efforts déployés notamment par les associations. Comment cela se passe t-il durant le confinement ? Louise, membre de l’équipe de recherche sur les droits des personnes exilées à Rennes nous en dit un peu plus !

Continuer la lecture

[PODCASTS] Les chroniques de La Cimade

Dès le 18 mars 2020, l’Observatoire de l’enfermement des étrangers appelait le gouvernement à faire immédiatement cesser l’enfermement des personnes étrangères retenues dans les centres et locaux de rétention administrative. Leur libération s’imposait dans le contexte de lutte contre la pandémie du Covid 19 : d’une part, parce que la fermeture des frontières et la mise à l’arrêt du trafic aérien privent la rétention de sa justification – expulser les étrangers –, d’autre part parce que ces lieux de privation de liberté sont propices à la propagation rapide du virus. » Extrait du texte « réflexion sur l’immigration et la liberté de circulation » du Gisti.

Nous vous proposons un podcast de la CIMADE en quatre épisodes : un témoignage d’une personne exilée récolté durant le premier confinement et trois témoignages des intervenantes de la CIMADE pour expliquer les conditions des personnes exilées face à la crise.
Comment les normes s’appliquent et comment les personnes retenues s’organisent pour lutter collectivement ? La question des droits humains semble être en suspens, et la réalité défier tous ses principes.

Continuer la lecture